REVENU FREELANCE TJM

Calcul du revenu d'un freelance
👨🏼‍💻 Tjm et salaire net 👩🏼‍💻

Calculez en un clin d’œil votre revenu brut en net en tjm en tant que freelance.
Ce simulateur utilise le statut de la micro-entreprise (auto-entrepreneur). Pour l’EURL, EIRL ou une EI, c’est par ici. Pour la SAS, SASU ou la SARL par là ! 
Si vous souhaitez garder les avantages d'un salarié, vous pourriez également vous renseigner sur le statut du portage salarial.

Sommaire

Comment calculer son tjm en freelance ?Devenir freelance : les grands principesLe statut de freelanceComment devenir freelance ?Les différents statuts juridiques du freelance      Statut juridique du freelance : comment choisir ?La protection sociale du statut de freelance      Le freelance indépendant en EIRL, auto-entreprise ou EURL      Le freelance en SASU      Le freelance et une société avec plusieurs associésLes charges sociales du statut de freelance      Auto-entrepreneur et charges sociales
      Entrepreneur individuel, en EURL, EIRL, SARL et charges sociales      Dirigeant assimilé salarié et charges socialesLa fiscalité d’un freelance      La fiscalité d’un freelance en micro-entreprise, comme auto-entrepreneur      La fiscalité d’un freelance indépendant (EURL, EIRL, SASU)
      La fiscalité d’un freelance au régime de l’impôt sur les sociétés (SASU, EURL ou EIRL avec option levée)
Comment fixer son tjm ?Comment calculer son salaire ou revenu net comme freelance ?Comment calculer son taux journalier moyen (tjm) ?Quels sont les éléments à prendre en compte pour fixer son tjm ?Les erreurs à ne pas faire quand vous fixez votre tjmTjm trop haut et tjm trop bas      Inconvénient d’un tjm trop bas      Inconvénient d’un tjm trop hautComment augmenter son TJM Freelance ?Les avantages et inconvénients du statut de freelanceLe portage salarial pour un freelanceIntérêts du statut du freelancePour aller plus loin sur le calcul du tjm et le freelancing

👉 Calculer son tjm en freelance

Se lancer comme freelance est un beau projet. Si vous avez pour envie de démarrer votre activité avec ce statut, il est important d’avoir tous ces éléments en tête afin de maximiser vos chances de succès. Effectivement, le statut de freelance est une belle aventure que de plus en plus d’entrepreneur choisissent pour les nombreux avantages que peut procurer ce statut. En particulier, ce guide s’adresse aux personnes souhaitant se lancer dans le monde du freelancing. Vous allez notamment comprendre comme fixer votre tjm comme freelance et calculer votre salaire net et chiffre d'affaires. 

En effet, nous allons vous proposer un ensemble de conseils qui vous permettront de démarrer correctement votre activité de travailleur indépendant. Ce guide vous permettra également de : calculer votre salaire net comme freelance, de pouvoir le comparer avec votre revenu comme salarié ou encore de calculer votre tjm (taux journalier moyen).

Devenir freelance : les grands principes 🚀🤑

Le statut de freelance est aujourd’hui de plus en plus utilisé par les travailleurs en France. Ce statut est à la fois flexible et simple à mettre en place. Toutefois, il est nécessaire d’avoir plusieurs éléments en tête avant de franchir le pas. En effet, vous devrez réaliser plusieurs choix avant de vous lancer. Ces choix sont simples une fois que vous avez l’ensemble des règles en main pour décider.

📍 Se lancer comme freelance

Globalement, se lancer comme freelance implique de :

Une fois que vous aurez fait ces différents choix, vous pourrez vous consacrer à 100% à votre activité et à la recherche de vos premiers clients.

📍 Les questions à se poser 

Ensuite, d’autres questions viendront à se poser :

  • Définir sa stratégie,
  • Adapter son savoir au contexte de ses clients,
  • Trouver son organisation,
  • Trouver ses premiers clients avec le démarchage.

Néanmoins, nous n’aborderons pas ces sujets dans ce guide. Par contre, vous pouvez retrouver de nombreux éléments qui peuvent vous aider sur notre blog.

Le statut de freelance 🤴🏻 

Nouvelle forme de travail innovante, le statut de freelance s'adapte à de nombreux secteurs. Contrairement aux idées reçues, être freelance n’est pas réservé à un informaticien, développeur, à un graphiste, ou encore aux activités de conseil.

📍 Un statut peu encadré

Effectivement, il est à noter que le statut de freelance n’est pas encadré. En clair, ce statut ne signifie rien du point de vue légal. Il s’agit plus d’une façon de voir le monde du travail et son organisation, et de travailler. Il s’oppose au statut de salarié. En effet, un salarié a un lien de subordination avec son employeur ce qui n’est pas le cas pour un freelance. Le mot de freelance s’emploie dans le langage courant, mais ne renvoie à aucune définition juridique. Ainsi, les modalités juridiques et administratives d’une activité comme freelance peut se matérialiser sous de très nombreuses formes.

Tout d'abord, un freelance profite d’une pleine autonomie dans son travail et respecte le cahier des charges fixés avec son client : durée du temps de travail, lieux d’exécution. De plus, il jouit d’une plus grande autonomie. C’est aussi pour cela que travailler en freelance ne s’improvise pas, car le statut peut être assez précaire si on n’en maîtrise pas bien le fonctionnement.

📍 Freelance et auto-entreprise

Dans la grande majorité des cas, le freelance est un auto-entrepreneur qui travaille seul à son compte pour ses clients. Il réalise généralement des missions ponctuelles de moyenne ou de courte durée. D'un point de vue général, les principaux métiers exercés en freelance sont : les développeurs web et informaticien, consultant en ingénierie, consultant en management, métiers du digital et du conseil, marketing, mais aussi fonctions support ou commerciales.

📍 Comment devenir freelance ?

Concrètement, il suffit de choisir un statut juridique pour devenir freelance.

📍 Les différents statuts juridiques du freelance

Pour commencer, choisir son statut juridique implique de pouvoir se renseigner sur les différents statuts existants. Pour cela, nous avons réalisé un guide de comparaison des statuts juridiques. Ce guide va vous permettre de comprendre les différents statuts existants ainsi que les différents régimes sociaux et fiscaux.

En effet, seule votre situation personnelle va déterminer le statut que vous allez choisir :

Sachez que la grande majorité des freelances sont en auto-entreprise. En effet, ce statut est le plus simple à mettre en place et il permet véritablement de tester son projet et son activité. Il est le moins contraignant si l’on souhaite prendre finalement une autre voie. Vous pouvez également, si vous avez un projet très ambitieux dès le premier jour, d’opter pour le statut d’indépendant avec une entreprise individuelle, une EURL, EIRL ou encore en SASU, SARL ou enfin en portage salarial.

En terme de démarches administratives, tout dépendra de la forme juridique que vous choisirez. En tant qu’auto-entrepreneur, une journée sera nécessaire pour la mise en place du statut. Alors que pour les formes sociétaires, il vous faudra apporter du capital à votre activité, trouver un expert-comptable pour vous aider, etc.

✔️ Les statuts juridiques du freelance

Les trois grandes orientations que nous pouvons vous conseiller :

  • Créer un statut de micro-entreprise comme auto-entrepreneur pour tester votre activité,
  • Créer une entreprise individuelle en EIRL si vous voulez protéger votre patrimoine personnel,
  • Créer une société en EURL, SASU qui vous permettra de développer votre activité et de souscrire aux meilleurs protections sociales comme indépendant,
  • Choisir le portage salarial qui combine les avantages d’un salarié et d’un indépendant mais réduira votre revenu net.

✔️ Statut juridique du freelance : comment choisir ?

Si vous souhaitez comparer votre revenu et salaire net en fonction des différents statuts, n’hésitez pas à utiliser notre simulateur de calcul de revenu du brut en net en fonction des statuts.

Ce tableau par lecoindesentrepreneurs.fr vous permet également de vous faire une idée rapide des différences :

📍 La protection sociale du statut de freelance

Vous l’aurez compris, la protection sociale d’un freelance dépend du statut juridique que vous aurez choisi. Devenir indépendant implique que vous aurez la gestion et le paiement de vos cotisations sociales à prendre en charge. Grace à nos calculateurs de revenus en fonction de votre statut, vous pourrez en comprendre les différences et où vont vos cotisations.

Ce tableau, d’après LegalPlace, vous donne un premier aperçu des différences :

Être freelance ne signifie pas nécessairement être en situation de précarité. Un freelance indépendant adhère obligatoirement à un régime de protection sociale dès le démarrage de son activité. Même si cela dépend du statut juridique, un statut basique existe pour tous les indépendants. Ils sont affiliés au régime général de la sécurité sociale comme n’importe quel salarié, dirigeant ou indépendant.

✔️ Le freelance indépendant en EIRL, auto-entreprise ou EURL

Le freelance est affilié au régime de sécurité sociale des indépendants même s’il ne se verse aucune rémunération. C’est le régime de base, obligatoire en France.

✔️ Le freelance en SASU 

Le freelance en SASU (SAS avec un associé unique) est affilié au régime général de la sécurité sociale comme n’importe quel salarié sur la base de ses cotisations sociales assujetties à son activité. S’il ne déclare aucune rémunération, il ne sera affilié à aucun régime pour son activité professionnelle mais uniquement à titre personnel.

Pour plus de détail, vous pouvez consulter notre guide dédiée aux indépendants dans le cadre d’une entreprise individuelle et calculer votre revenu net d’activité.

✔️ Le freelance et une société avec plusieurs associés

Dans le cadre d’une société, le freelance sera affilié en fonction de la forme de cette entreprise. Dans le cas d’une SARL, au régime de sécurité sociale des indépendants. Dans le cas d’une SAS ou d’une SA, il sera affilié au régime général de la sécurité sociale et sera un dirigeant assimilé salarié.

Pour plus de détail, vous pouvez consulter notre guide dédiée dans le cadre du statut de dirigeant assimilé salarié et calculer votre revenu net d’activité.

📍 Les charges sociales du statut de freelance

Comme expliqué précédemment, les charges sociales d’un freelance dépendent du statut que celui-ci va adopter. Cependant, le principe suivant s’applique dans 99% des cas : plus vous cotisez, plus vous pourrez bénéficier d’une protection sociale forte. De plus, même si vous cotisez peu via votre statut juridique et que en découle un revenu net plus important, il vous faudra passer par des organismes de protections complémentaires pour assurer et protéger votre vie professionnelle et personnelle.

Attention, il est important de ne pas négliger ces aspects si l’on souhaite se lancer comme freelance indépendant pour plusieurs années.

✔️ Auto-entrepreneur

Avec le statut d'auto-entrepreneur, vous cotisez peu via un régime simplifié. De ce fait, vous percevrez des prestations sociales basiques et ne serez pas indemnisable en cas d’arrêt de votre activité (faillite) et assez peu si vous tombez malade ou devez mettre en pause votre activité. Enfin, la retraite complémentaire sera la retraite de base (et donc pas suffisante !).

✔️ Entrepreneur individuel, en EURL, EIRL, SARL

Ces régimes proposent une protection sociale plus forte. Par conséquent, les cotisations sont plus élevées. Ce régime commence à devenir intéressant si vous le conjuguez avec des organismes complémentaires (mutuelle, retraite complémentaire et placement financier).

✔️ Dirigeant assimilé salarié

Le statut de dirigeant assimilé-salarié est le plus complexe. En effet, ce statut peut être à la fois protecteur et en même temps très compliqué à mettre en place seul sans l’accompagnement d’un expert-comptable. Les différentes formes juridiques en SAS, SASU, SARL minoritaire ou majoritaire nécessitent souvent l’accompagnement d’un professionnel pour optimiser son statut et sa protection sociale. Cependant, comme le statut le signifie, vous êtes assimilé salarié dans la majeure partie des cas, ce qui signifie que vous profitez de nombreux avantages sociaux et d’une bonne couverture sociale. Vos cotisations sont aussi importantes mais peuvent vous couvrir contre la perte de votre emploi, en cas de maladie ou d’invalidité à des niveaux intéressants.

Pour obtenir plus de détails sur les différences sociales de chacun des statuts, leurs avantages et inconvénients, vous pouvez consulter notre guide dédié à la comparaison des statuts.

📍 La fiscalité d’un freelance

La fiscalité d’un freelance dépendra, encore et toujours, du statut juridique qu’il compte adopter. C’est là que la complexité apparaît, car elle inclut de nombreuses notions différentes.

✔️ La fiscalité d’un freelance en micro-entreprise, en tant qu'auto-entrepreneur

Les revenus générés par l’activité sont imposés, soit :

  • Au versement libératoire de l’impôt sur le revenu. L’impôt est alors calculé par application d’un taux fixe sur le montant des recettes. 
  • A l’impôt sur le revenu. L’imposition est calculée sur la base des bénéfices forfaitaires, par l’application d’un abattement sur le montant total des recettes. Les revenus ainsi déterminés, relevant de la catégorie des BIC ou des BNC suivant l’activité exacte qui est exercée, sont ajoutés aux autres revenus du foyer fiscal du freelance, puis sont imposés à l’impôt sur le revenu qui est calculé selon le barème progressif comme c’est le cas pour un salarié classique.

✔️ La fiscalité d’un freelance indépendant (EURL, EIRL, SASU)

Les revenus générés par l’activité sont imposés avec l’impôt sur le revenu. Pour finir, la modalité de calcul de la base d’imposition va varier en fonction de l’activité BNC ou BIC.

➡️ Vous voulez optimiser vos revenus ?
➡️ Vous cherchez des missions ?
➡️ Être encore mieux conseillé ?
 Inscrivez-vous ✅
- On ne va pas vous spammer -

Bon à savoir : BNC (Bénéfices industriels et commerciaux) et BIC signifie "Bénéfices non commerciaux"

La base d’imposition (les bénéfices imposables) est calculée de manière réelle :
  • Chiffre d’affaires encaissé – dépenses payées au régime des BNC
  • Créances acquises – dépenses engagées pour le régime réel des BIC
Les potentiels abattements :
  • Dans le cadre des micro-BIC (BIC sans associé), le bénéfice imposable se calcule à partir du chiffre d'affaires, auquel il est soustrait un abattement de 71 % du chiffre d'affaires pour les activités d'achat / revente, 50 % du chiffre d'affaires, pour les activités de service, avec un abattement minimum de 305 €. Dans le cas du régime réel (BIC avec plusieurs associés), pour les autres entreprises, le bénéfice imposable est le bénéfice net.
  • Dans le cas des micro-BNC (BNC sans associé), le bénéfice imposable se calcule à partir du chiffre d'affaires, auquel il est soustrait un abattement de 34 % du chiffre d'affaires, avec un abattement minimum de 305 €. Dans les autres cas, le régime de la déclaration contrôlée s’applique : le bénéfice imposable est le bénéfice net de l’entreprise.

Ainsi, une fois les revenus déterminés, relevant de la catégorie des BNC ou des BIC, ces montants sont ajoutés aux autres revenus du foyer fiscal du freelance, puis sont imposés à l’impôt sur le revenu qui est calculé selon le barème progressif comme c’est le cas pour un salarié classique.

Si vous souhaitez plus d’informations, vous pouvez consulter le dossier complet disponible sur le site du ministère de l’économie à cette rubrique.

✔️ La fiscalité d’un freelance au régime de l’impôt sur les sociétés (SASU, EURL ou EIRL avec option levée)

Au régime de l’impôt sur les sociétés, la fiscalité ne fonctionne pas de la même manière. Effectivement, les bénéfices sont imposés directement au nom de l’entreprise. Ainsi, ils sont calculés sur la base du bénéfice imposable et multiplié par un taux d’imposition (environ 33%).

Le freelance, lui, est imposé personnellement sur les revenus de son activité puisque ses revenus sont considérés comme des salaires. Ces montants sont donc ajoutés aux autres revenus du foyer fiscal du freelance, puis sont imposés à l’impôt sur le revenu qui est calculé selon le barème progressif comme pour tout salarié.

Comment fixer son tjm 💰 ?

📍 Comment calculer son salaire ou revenu net comme freelance ?

Le calcul du salaire net d’un freelance va être fonction de son statut.

Pour cela, nous avons développé plusieurs calculateurs qui prendront en compte ces statuts ainsi que les dispositifs optionnels (ACRE, ARCE, taux d’imposition etc…) ainsi que la possibilité de calculer votre tjm (taux journalier moyen).

Nos simulateurs sont les suivants :

Vous pourrez alors obtenir le détail des différentes cotisations sociales et de leur répartition ainsi que celle des impôts et taxes.

📍 Comment calculer son taux journalier moyen (tjm) ?

Calculer son tjm (taux journalier moyen) permet à un freelance ou un indépendant de facturer ses prestations à un tarif jour. C’est une façon beaucoup plus simple de présenter sa rémunération, car un freelance peut travailler de façon ponctuelle chez un client et ne sera généralement pas toute l’année dans une seule entreprise.

Ainsi, calculer son tjm (taux journalier moyen) va permettre à un freelance d’établir son « salaire net ». Ce « salaire net » correspond en réalité à son seuil de rentabilité.

Il prend en compte :

  • Son salaire net souhaité en fonction de son statut juridique.
  • L’ensemble de ses charges de fonctionnement (loyer, bureau, téléphone, comptable, assurances, services bancaires, etc.).
  • Son imposition liée à son statut juridique et à sa situation personnelle.
  • Il faut également rajouter d’autres éléments comme : ses jours de travail non-facturés (prospections, etc.), ses jours de vacances et les jours ouvrés de l’année.
  • Il convient également d’inclure potentiellement le bénéfice que vous souhaitez réaliser durant l’année (une rémunération variable).

Pour cela, vous pouvez utiliser notre simulateur de calcul du tjm ainsi que notre dossier « Salarié vs. freelance : comment choisir ? »

📍 Quels sont les éléments à prendre en compte pour fixer son tjm ?

A noter, notre simulateur de calcul pour déterminer son tjm est réalisé dans le contexte d’une prestation à plein temps.

C’est pourquoi vous avez la possibilité de modifier les éléments suivants :

  • Journée de vacances et jours fériés,
  • Jours dédiés au démarchage commercial,
  • Jours dédiés à votre comptabilité, facturation & tâches administratives,
  • Jours où vous n’avez pas de mission (chômage technique),
  • Jours supplémentaires non facturés pour X ou Y raisons.

Aussi, votre rémunération va varier selon d’autres critères :

  • Votre expérience,
  • Votre client (grand compte, petite structure, grandes renommées ou non),
  • Le potentiel de missions futures ou annexes pour le même client,
  • Les spécificités de l’offre de votre client (technique, facile à réaliser),
  • Qualité du travail demandé,
  • Fluctuations du marché,
  • Période de l’année.

📍 Les erreurs à ne pas faire quand vous fixez votre tjm

En premier lieu, un tjm doit rester flexible et doit pouvoir être comparé avec d’autres freelances.  Une fois votre tjm de rentabilité calculé, il faut pouvoir le comparer à des freelances plus ou moins expérimentés de votre secteur. Vous pouvez aussi demander des conseils auprès des freelances expérimentés pour vous aider à vous situer afin de faire monter petit à petit votre tjm en fonction de votre nombre de client.

Deuxièmement, une autre astuce consiste à consulter des sites comme MALT qui vous permettront de comparer votre tjm ou encore sur le site de Crème de la crème qui propose le tjm moyen en fonction de votre secteur.

Ainsi, lors de négociations avec un client, vous serez bien plus à l’aise pour justifier votre tjm. Vous pourrez alors choisir :

  • D’aligner votre tjm pour gagner une négociation,
  • Fixer un tjm inférieur à votre profil afin d’attirer de nouveaux clients,
  • Fixer un tjm plus important pour vous positionner dans un rôle plus expert sur des missions plus courtes mais plus rémunératrices. Cela vous permettra, à terme, de devenir spécialiste dans certains domaines à forte valeurs ajoutées.

📍 Tjm trop haut et tjm trop bas

Fixer un tjm pertinent est important quand on se lance comme freelance.

✔️ Inconvénient d’un tjm trop bas

Avoir un trop trop bas peut avoir un effet négatif. En effet, cela peut attirer des clients avec un tarif bas, mais vous pourriez également rentrer dans un cercle vicieux. Généralement, vos clients vous demanderont des réductions s’ils font appels à vous souvent et vous en arriverez à proposer un tjm inférieur à votre seuil de rentabilité.

Si vous débutez votre activité et n’avez pas de client, il est normal de proposer un tjm faible, mais pas inférieur à 20% au tjm que vous auriez appliqué dans d'autres cas.

✔️ Inconvénient d’un tjm trop haut

Fixer un tjm élevé est généralement une situation dans laquelle on aimerait tous se trouver.

  • En premier lieu, un tjm élevé permet de sélectionner les missions que l’on vous propose. Une sélection naturelle va alors se faire. De plus, un tjm élevé augmente les exigences d’un client sur votre travail, sur sa qualité et le respect de l’ensemble du cahier des charges. Vous allez apparaître comme un freelance expert, compétent et parfois cela peut décevoir votre client si vous êtes confrontés à des situations complexes à gérer ou inédites.
  • De plus, fixer un tjm trop élevé pour aussi vous éliminer complètement de votre marché et de votre cible. Il faut vous assurer que vos clients disposent de moyens pour faire appels à vos services à ce tarif. Généralement, vous aurez également du mal à proposer un tarif supérieur au fil du temps à des clients réguliers. Votre client essaiera toujours de tirer votre tjm à la baisse ou vous demandera un « effort ».

Le plus important est donc de vous fixer une ligne de conduite, des règles sur lesquelles vous ne transigerez pas lors de la négociation de votre tjm. « Tout travail mérite salaire ». C’est pourquoi vous devez être capable de présenter votre tjm de façon transparente et juste, et votre client ne doit pas sentir le doute dans votre « justification ». Sans quoi, il essaiera de le négocier ou vous mettra en concurrence. Il doit avant tout sentir que vous être l’homme ou la femme qu’il lui faut !

📍 Comment augmenter son TJM Freelance ?

Augmenter son tjm est tout à fait normal. Par contre, normal veut aussi dire logique. Si vous avez bien fixé votre tjm lors de votre début d’activité, celui-ci va changer au fur et à mesure de votre évolution, expérience ou encore du marché sur lequel vous travaillez.

✔️ Les éléments que vous pouvez maîtriser

Votre tjm peut évoluer à la hausse grâce à des évènements que vous pouvez maitriser :

  • Vous avez obtenu des avis positifs.
  • Vous bénéficiez de recommandations excellentes sur vos anciennes missions.
  • Vous avez de nombreuses expertises et expériences précédentes.
  • Vous savez communiquer et argumenter auprès de vos clients.
  • Vous savez négocier un prix, un tarif et une prestation.
  • Vous avez rédigé des contenus (site web, livre blanc) qui vous mettent en avant.
  • Vous avez activement participé à des webinars, évènements.
  • La visibilité et la communication sont des éléments importants. Ainsi, ces éléments peuvent vous permettre de développer de nouvelles compétences et aussi de faire penser à vos clients que « vous êtes quelqu’un qui coûte cher »

✔️ Les éléments que vous ne pouvez pas maîtriser

A l'inverse, votre tjm peut augmenter grâce à des évènements dont vous n'avez pas le contrôle :

  • Le contexte de l’entreprise est favorable.
  • Vous remplacez un autre freelance qui a mal réalisé la prestation.
  • Vous intervenez dans un contexte de crise.
  • Vous travaillez sur un marché de niche.
  • Un client vous sollicite plusieurs fois pour travailler avec vous (l’effet « coup de cœur »).
  • Le contexte de votre client et de son marché est central dans votre capacité à augmenter votre revenu. C’est un peu comme à la bourse, le prix d’une action évolue constamment en fonction des besoins et de ceux qui peuvent y répondre !

Les avantages et inconvénients du statut de freelance 😎

Les avantages et inconvénients sont souvent propres à chacun. Néanmoins, nous avons essayé d’en faire la synthèse dans nos deux guides suivants : « Salarié vs. freelance : comment choisir ? » et « Salariés vs. indépendants : comment choisir ? ».

📍 Des libertés appréciées

L’exercice d’une activité comme freelance ou d’indépendant offre des libertés appréciées :

  • Il dispose de plus de liberté et d’une libre organisation de son emploi du temps.
  • De plus d’autonomie dans l’accomplissement de son travail.
  • Il ne travaille pas pour un employeur et travaille pour SES clients.
  • Il n’est pas tenu d’une obligation de loyauté et de fidélité envers une entreprise en particulier et ne subit pas les règles et règlements que doit respecter un salarié.
  • Il perçoit l’intégralité des fruits de son travail, en facturant ses prestations aux clients.
  • Plus il parvient à trouver des clients et dispose de tarifs importants, plus il augmente ses revenus. Sa rémunération est non plafonnée.
  • Il fixe ses propres horaires et lieu de travail.

📍 Quelques inconvénients

En contrepartie, des inconvénients existent :

  • Moins de sécurité qu’un salarié dans son activité professionnelle.
  • Sa visibilité financière et son avenir est limitée aux contrats signés.
  • Un indépendant est un chef d’entreprise. Il doit donc se charger de toutes les fonctions d’une entreprise : démarchage, gestion commerciale, comptabilité, etc.
  • Insécurité de l’emploi et absence d’allocations chômage.
  • En l’absence de contraintes, nécessité d’être auto-discipliné.
  • Solitude, à moins d’opter pour du coworking ou de travailler au sein des locaux de l’entreprise de son client.

Le portage salarial pour un freelance 👔

Un freelance peut également exercer ses missions dans le cadre du portage salarial. Pour en comprendre le fonctionnement, nous avons réalisé un guide sur cette pratique : « Le portage salarial ». Pour résumer, ce statut permet de conjuguer la protection sociale d’un salarié avec le statut d’un indépendant dans la réalisation de son travail. C’est un statut hybride avec un fonctionnement tripartite.

Il est cependant souvent méconnu alors que de nombreuses entreprises existent en France dont un de nos partenaires : PORTALIA. L’inconvénient majeur réside dans le coût de la mise en place qui est de 3 à 6% de commissions prélevées par les intermédiaires.

👉 L'intérêt du statut du freelance

Pour conclure, le statut de freelance se généralise de plus en plus dans le monde de l’entreprise. Il y a 15 ans, les entreprises étaient réticentes à travailler avec cette population alors qu’aujourd’hui, elle cherche à travailler avec les meilleurs talents de leur secteur. Ces talents, conscients de leurs compétences, proposent généralement de travailler comme freelance. C’est beaucoup plus rémunérateur et beaucoup moins contraignant.

Pour aller plus loin 🎯

faq

❓ Questions fréquentes ❓

« Questions courtes, réponses courtes »

Pourquoi devenir freelance ?

Devenir freelance est un choix qui peut faire peur. Il devient évident quand on en a compris les différents intérêts. Retrouvez nos principaux arguments et calculez votre salaire net comme freelance vs. un salarié

Suis-je vraiment prêt à me lancer comme indépendant ?

Se lancer comme indépendant peut effrayé. Sachez que ce changement peut être aussi une excellente façon de continuer à progresser et de gagner en autonomie. Aujourd’hui, il existe des statuts comme l’EIRL qui permet de tester son projet sans risquer de perdre son capital personnel. 

Quel statut choisir comme freelance ?

Le choix de statut se fera en fonction de vos besoins et aspirations en terme de protections sociales. Consultez notre guide de comparaison et calculer votre revenu par statut juridique ainsi que de vous renseigner sur le statut de l'indépendant en portage salarial.

Suis-je prêt à prospecter pour développer mon activité ?

Se lancer comme indépendant signifie se lancer dans plusieurs combats et de faire presque tout, tout seul. Cependant, aujourd’hui, vous trouverez de nombreux outils sur FreelanceStack.io vous permettant de faire toutes ces choses facilement. Le dernier combat, qui n’est pas le plus facile, sera de trouver vos premiers clients. En effet, la prospection est une tâche que tout le monde n’est pas prêt à faire. Mais, c’est aussi quelque chose de très enrichissant !

Pourquoi quitter mon ESN (SSII) pour me lancer comme freelance ?

Une ESN emploie des freelances qui sont salariés et place des consultants chez des clients. Cependant, se lancer comme freelance sans ESN est tout aussi simple surtout si vous possédez une expertise recherchée sur le marché. De plus, vous profiterez d’une rémunération supérieure à plus de 40%.

Comment calculer mon tjm comme freelance ?

➡️ Vous voulez optimiser vos revenus ?
➡️ Vous cherchez des missions ?
➡️ Être encore mieux conseillé ?
 Inscrivez-vous ✅
- On ne va pas vous spammer -

Simulateurs proposés par Freelance-Stack.io

Freelance-Stack.io est LA plateforme dédiée aux indépendants, PME/TPE & Startups qui souhaitent profiter d'avantages exclusifs et :

  • ⏳ Gagner du temps grâce à des outils efficaces, rapides et adaptés à votre secteur et contexte d'entreprise (taille, besoins, problématiques spécifiques...)
  • 💰Profiter de codes promos & réductions exclusives auprès de partenaires reconnus (dont banque, assurance, mutuelle, comptabilité, logiciels...)
  • 🔎 Tester-avant d'acheter : essayer gratuitement ces outils en live/webinar
  • 👨‍👩‍👧‍👧 Mutualiser ses achats & services avec d'autres indépendants
Rejoindre Freelance-Stack.io
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram