Les bonnes pratiques d'un freelance débutant

2 juin 2020

Décider de se mettre à son compte pour devenir travailleur indépendant est un grand virage. Lâcher le salariat pour devenir freelance ou indépendant implique de nombreuses étapes. Choisir son statut juridique, trouver ses premières missions, déclarer son chiffre d’affaires. Se familiariser avec les cotisations sociales autant d’étapes par lesquelles il faudra passer pour pouvoir lancer son activité professionnelle. Alors quelles sont les bonnes pratiques d’un freelance débutant

Choisir un statut : les bonnes pratiques d'un freelance débutant

L’une des premières bonnes pratiques d’un freelance débutant sera de définir son statut. Celui-ci se choisit en fonction de son projet professionnel, de ses aspirations, de ses attentes. Freelance, auto-entrepreneur, entrepreneur individuel, chaque régime social a ses particularités. De fait, comparer les différents statuts s’inscrit donc parmi les bonnes pratiques d’un freelance débutant. C’est même l’une des priorités, car le statut conditionne le reste de votre choix de devenir travailleur autonome.

Il sera bon pour chaque statut de faire un comparatif avec les protections sociales apportées. Mutuelle, retraite, protection sociale, aucun statut social n’a les mêmes couvertures. C’est pourquoi, il est indispensable de bien connaître les statuts sociaux avant de travailler en freelance. Aussi, faire une analyse et comparaison des statuts fait partie des bonnes pratiques du freelance débutant.

Les différents types de statuts 

Lorsque l’on décide de travailler comme indépendant, il faut avant tout différencier les statuts :

  • Indépendant en entreprise individuelle : avec un statut en entreprise individuelle, EIRL, EURL ou SARL avec gérant majoritaire.
  • Auto-entrepreneur : avec une fonction en auto-entreprise (micro-entreprise)
  • Le freelance en portage salarial
  • Le dirigeant assimilé salarié : avec un statut en SAS, SASU ou encore en SARL avec gérant majoritaire. 

Ensuite en ce qui concerne la micro entreprise, il faudra déterminer le régime. Relève t-on du BNC (Bénéfices non commerciaux) ou du BIC ou micro BIC (Bénéfices industriels et commerciaux). C'est pourquoi, il est nécessaire de connaître son régime, car il déterminera les taux des cotisations. Notamment celui des charges sociales. Enfin, la dernière bonne pratique du freelance débutant en matière de statut résidera dans la détermination du chiffre d’affaires. C’est lui, qui déterminera le statut sous lequel s’enregistrer. 

Les bonnes pratiques de facturation

Et voilà, la définition de votre statut est faite. Il ne vous reste plus maintenant qu’à trouver les missions. Mais qui dit trouver une mission, dit facturation. Comment facturer la société cliente ? Comment déterminer son TJM, le taux journalier moyen ?

Pour rappel, le TJM est le tarif horaire journalier, applicable pour réaliser une mission freelance. Sa détermination dépend du statut choisi, mais aussi de facteurs propres au métier. Pour établir ce taux, vous pouvez consulter la concurrence ou faire une simulation de revenus. Une fois que vous avez déterminé le salaire que vous désirez, restera plus qu’à facturer.

Une fois la mission réalisée, il conviendra de penser à facturer l’entreprise cliente. Là encore, le choix du statut va conditionner la facturation. En effet, un auto-entrepreneur établit la facture en HT. Par contre, une EURL ou une SARL facture la TVA. En termes de facturation, la bonne pratique du freelance débutant veut que l’on utilise des outils pour facturer :

  • un chrono facture sous forme de tableur Excel
  • un logiciel de facturation 

Pour facturer, il suffira de faire apparaître l’article ou le type de prestation, le montant forfaitaire. On peut aussi facturer par le TJM que l’on multiplie par le nombre de jours travaillés. En portage salarial, il conviendra de transformer son TJM en salaire horaire.

Déclarer son chiffre d’affaires

Qui dit, facturation dit chiffre d’affaires. En effet, un freelance se doit de déclarer son chiffre d’affaires à L'Urssaf. Il existe 2 périodicités de déclaration, l’une au trimestre et l’autre mensuelle. Le choix de la périodicité est libre, néanmoins la bonne pratique d’un freelance débutant tendrait plutôt vers la déclaration mensuelle.

En effet, la déclaration mensuelle offre une meilleure visibilité sur le budget à gérer. Ensuite, pour les indépendants qui perçoivent une aide, l’envoi de justificatif est plus facile. En effet, Pôle Emploi demande par exemple le justificatif de la déclaration URSSAF. La gestion du justificatif est donc beaucoup plus aisée. 

La déclaration mensuelle  se fait à partir du mois suivant la fin du mois d’encaissement. On peut payer par prélèvement ou par carte bancaire. On déclare ensuite le chiffre d’affaires qui a été encaissé. Les cotisations payées comprennent également les cotisations pour les centres de formation et pour l’impôt sur le revenu, si l’entrepreneur a choisi l’impôt libératoire sur le revenu.

Les bonnes pratiques pour bien gérer son entreprise

Travailler en indépendant, sans pouvoir faire appel à un subordonné, demande une excellente gestion. Les bonnes pratiques d’un freelance débutant consistent à s’équiper de bons logiciels de gestion. Gérer la relation client, gérer les demandes commerciales, gérer la communication, il faut tout faire.

Les logiciels de gestion et de facturation sont très nombreux. Il est donc essentiel de choisir le logiciel de gestion et de facturation qui s’adapte à la demande. Il est possible de choisir un logiciel qui ne traite que les factures et les devis. D’autres logiciels au contraire, offriront des fonctionnalités beaucoup plus complexes.

Un freelance peut aussi avoir besoin de gérer des informations concernant ses clients, ou de faire des actions marketing. De fait, le choix d’un bon CRM est important. Pour choisir le logiciel de gestion de l’entreprise, il faut se poser ces questions :

  • Le logiciel permet-il d’émettre des factures et des devis ?
  • Permet-il de gérer une base client ?
  • Offre t-il des solutions de paiement aux clients ?
  • Est-il équipé d’une fonction de relance ?
  • Le logiciel permet-il d’offrir des solutions marketing et communication ?

Bien choisir son logiciel de gestion, c’est aussi optimiser son temps de travail. Si vous ne désirez pas externaliser les tâches, un bon logiciel est la solution. Et on le sait, bien gérer son temps quand on est freelance est primordial.

Les outils pour traquer le temps

 Pour être sûr de respecter le TJM déterminé, il faut veiller au temps passé. Si un freelance détermine un TJM pour une prestation, il faut le respecter. Ainsi, il faut veiller à ne pas passer le double de temps. Une bonne pratique d’un freelance débutant est d’utiliser un timetracking. Ce logiciel permet une gestion du temps optimale.

Ainsi, il est possible de déterminer le nombre d’heures passées sur un projet. Cette mesure permet de déterminer des créneaux de travail, mais aussi de pointer ses heures. En effet, il se peut qu’une entreprise cliente demande le décompte des heures passées. Par ailleurs, pour un freelance débutant, cette pratique permettra d’augmenter la rentabilité.

Les bonnes pratiques pour gérer son image 

Trouver des clients et développer sa notoriété sont difficiles pour un freelance débutant. Comment se faire un nom ? Que faire pour montrer son savoir-faire ? Comment prouver son expertise. La tâche est souvent ardue. Néanmoins, il existe là encore des bonnes pratiques pour un freelance débutant en termes de communication. 

Quand on se lance dans son propre business, se faire un nom demande du temps. En revanche, il convient également de suivre des bonnes pratiques pour percer.

Développer son personal branding

Quand on est son propre patron, l’image de la société ne repose que sur soi. Il convient de créer, de développer et d’enrichir son personal branding. Développer sa marque personnelle, permet de s’inscrire dans le long terme. Être connu et reconnu permet de trouver des contrats de prestations plus importants. Si la marque est forte, le bouche à oreille fonctionnera mieux.

Le développement du personal branding passe par : 

  • la gestion d’un site internet
  • la présence sur les réseaux sociaux

Aller chercher des clients avec une newsletter

On le sait, en pratique marketing les leads sont le cheval de bataille parmi les bonnes pratiques d’un freelance débutant. De fait, il faut montrer aux entreprises clientes qu’on peut leur apporter des solutions. Il faut décrocher de nouvelles missions grâce à l’envoi régulier d’une newsletter.

Le but de la newsletter et de se créer une communauté et de démontrer son expertise.

Créer un portfolio qui fasse la différence

Une rédactrice freelance, un graphiste ou développeur web auront besoin d’un portfolio. C’est la seule manière de montrer ses compétences. Travailler de son domicile ne permet pas d’avoir des chantiers en extérieur. Les bonnes pratiques d’un freelance débutant reposent sur la création d’un portfolio. Ce sera la seule façon d’exposer ses oeuvres.

En conclusions, les bonnes pratiques d’un freelance débutant sont très nombreuses. Il convient de s’informer régulièrement. Travailler en indépendant nécessite de rechercher des informations sur le web. Ainsi, vous pourrez vous renseigner sur le démarrage de l’activité ou sur une bonne organisation. Apprendre à s’organiser pour gagner en efficacité, définir sa stratégie. Un freelance débutant a toujours du pain sur la planche.

Simulateurs proposés par Freelance-Stack.io

Freelance-Stack.io est LA plateforme dédiée aux indépendants, PME/TPE & Startups qui souhaitent profiter d'avantages exclusifs et :

  • ⏳ Gagner du temps grâce à des outils efficaces, rapides et adaptés à votre secteur et contexte d'entreprise (taille, besoins, problématiques spécifiques...)
  • 💰Profiter de codes promos & réductions exclusives auprès de partenaires reconnus (dont banque, assurance, mutuelle, comptabilité, logiciels...)
  • 🔎 Tester-avant d'acheter : essayer gratuitement ces outils en live/webinar
  • 👨‍👩‍👧‍👧 Mutualiser ses achats & services avec d'autres indépendants
Rejoindre Freelance-Stack.io
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram